Le Salon de thé du Musée de la Vie Romantique à Paris : au jardin !

Ce billet fait partie d’une série printanière consacrée aux cafés dotés des plus belles terrasses et jardins. Episodes précédents : Le Café des musées Gadagne de Lyon, le Café du Musée Rodin de Paris et le Garden Café du Dickens Museum de Londres.

Le Musée de la Vie Romantique fait partie des musées municipaux parisiens injustement méconnus du grand public : situé sur les contreforts de la butte Montmartre, au cœur du quartier de la « Nouvelle Athènes », il était au XIXe siècle la demeure du peintre romantique Ary Scheffer qui avait également fait construire, en face de la maison, deux ateliers à verrière, orientés au nord, de part et d’autre de la cour pavée : l’un à usage de salon, l’autre d’atelier de travail.

Autour d’un parterre de fleurs

C’est dans l’un de ces ateliers qu’est aujourd’hui installé le Salon de thé du musée, géré par Rose Bakery. Ouvert sur le jardin, le jardin est calme – sauf lorsque les élèves de l’école élémentaire Chaptal sont en récréation dans la cour adjacente… mais cela ne dure pas ! Le cadre est verdoyant, ombragé, parfait pour un déjeuner sur l’une des dix tables installées autour d’un parterre de fleurs. Sous la serre, pour les temps moins cléments, quelques places sont disponibles ; c’est là que se passent les commandes.

J’ai pris la formule quiche-salade, tout comme la personne qui m’accompagnait : pour l’une, courgette aubergines féta, et pour l’autre, brocolis. L’ensemble était très correct, même si les quiches n’étaient pas assez chaudes. Une très bonne bière artisanale et bio pour arroser le tout. Ensuite, pour accentuer le côté british de cette expérience, nous avons testé avec le café deux des très nombreux et curieux cakes sucrés (la spécialité de Rose Bakery) : rose-citron et pistache. Bonne pioche !

Jeux d’ombre et de lumière au déjeuner
Vous prendez bien une tranche de cake ?

Ainsi peut se poursuivre, d’une manière renouvelée et sans doute plus démocratique, la tradition initiée dans cette maison par Ary Scheffer, poursuivie par sa fille Cornélia Scheffer-Marjolin, sa petite-nièce Noémi Renan-Psichari, et son arrière-petite-nièce Corrie Psichari-Siohan, d’en faire un lieu de discussion et de détente, ouvert aux artistes et aux amateurs d’art.

/

Salon de thé, Musée de la vie romantique, 16 rue Chaptal, Paris. Site internet.

Laisser un commentaire