L’Hélice, au Musée de l’air et de l’espace du Bourget : sur le tarmac

Au pied des pistes de décollage et d’atterrissage du Bourget, encore utilisées par quelques jets privés et pour des démonstrations lors de manifestations aériennes, le café du musée de l’air et de l’espace du Bourget bénéfice assurément d’un cadre original. De grandes baies vitrées permettent d’ailleurs aux convives d’admirer l’une des vedettes du musée, le Boeing 747 qui après près de 100 000 heures de vol entre 1972 et 2000 a pris sa retraite sur le tarmac du Bourget où les visiteurs du musée peuvent le visiter intégralement.

Vu de l’extérieur, le café ne fait pas tellement envie…
La salle de restaurant, avant le coup de feu

Après avoir parcouru les différents halls du musée et contemplé de multiples et très divers engins volants, il est agréable de prendre un déjeuner léger au café, spacieux, qui les jouxte. La décoration, parfois trop chargée, rappelle divers éléments vus au musée. Plusieurs postes de visionnage diffusent des films sur l’histoire de l’aviation, ses pionniers, et ses acteurs plus contemporain : bizarre choix d’aménagement car personne ne peut à la fois déjeuner et regarder ces films ; quiconque souhaite s’attarder pour en prendre connaissance doit rester debout en plein milieu de la salle du restaurant.
Nous avons pris une bavette accompagnée de frites, suivie d’un café gourmand : un déjeuner classique de brasserie parisienne, tout à fait correct, et servi avec le sourire. « L’Hélice » devrait connaître un regain de fréquentation avec la réouverture de l’aérogare historique rénové courant 2019, à l’occasion des 100 ans du Musée ! On reviendra…

/
L’Hélice, musée de l’air et de l’espace, Le Bourget (93). Site internet. 

Laisser un commentaire