Les Refreshment Rooms du Victoria & Albert Museum de Londres : le plus ancien restaurant de musée du monde

Le premier restaurant jamais installé dans un musée ? Il faut croire les conservateurs du Victoria & Albert Museum lorsqu’ils affirment, archives à l’appui, que les « Refreshment Rooms » prévues lors de la construction du musée entre 1866 et 1881 en sont le premier exemple dans l’histoire mondiale des musées. Jusqu’à preuve du contraire, peut-être, sur ce blog… à suivre !

Le projet même du South Kensington Museum (le nom du musée jusqu’en 1899) était explicitement d’être un lieu de culture et de loisirs pour les classes laborieuses londoniennes. Le premier directeur, Henry Cole, a donc fait construire trois pièces destinées aux rafraîchissements à l’entrée principale du musée ; surtout, il les a fait décorer de telle sorte qu’elles soient une vitrine de l’excellence anglais en matière de mobilier, d’artisanat et de manufacture. La plus belle, à mon sens, de ces trois pièces est la « Morris Room » : c’est première commande publique reçue par le célèbre designer et théoricien William Morris qui a travaillé avec l’architecte Philip Webb et le peintre Edward Burne Jones.

La salle centrale aujourd’hui
La salle centrale à la fin des années 1860 : rien n’a changé !  E.655-2009. © Victoria and Albert Museum

L’une des originalités de ce café de musée est que les trois salles qui le composent proposent trois ambiances très différentes : après la très médiévale Morris Room, on entre dans la pièce centrale (« Gamble Room ») avec ses colonnes et ses murs couverts de céramiques, son plafond orné et ses lustres contemporains. La troisième pièce, à l’origine « The Grill Room », toute de blanc et de bleu, offre un curieux mélange de motifs d’inspiration japonisante et flamande. Une modernisation récente a placé les espaces de self-service à l’extérieur de ces trois pièces historiques. Fidèle à l’esprit d’origine du lieu, l’offre est très diverse : des boissons chaudes accompagnées de scones ou de pâtisseries très « british », mais aussi un stand « delicatessen » pour des plats cuisinés plus élaborés, ainsi qu’un salad bar proposant des formules avec trois, cinq ou sept salades au choix.

C’est ce que j’ai choisi, pour un déjeuner sur le pouce entre deux visites commentées par des « Amies » du musée – la première sur les collections anglaises du XVIIIe siècle, la deuxième sur les collections textiles. Les salades sont originales, très colorées et copieuses. Un bémol pour le temps d’attente avant de commander… compensé par la possibilité de rester assis plusieurs heures sans être dérangé, comme certains de mes voisins qui y écrivent, y lisent, y méditent…

Mention spéciale pour le « Victorian Afternon tea » : servi entre 13h et 17h, il s’agit, dans la belle tradition anglaise, d’un copieux  assortiment salé ou sucré de sandwichs, scones et autres cakes, et agrémenté, au choix, de thé, de prosecco ou de champagne. L’historienne de l’alimentation Natasha Marks a travaillé avec les équipe du Victoria & Albert pour recomposer un menu typiquement « victorien ». J’ai bien l’intention de le tester prochainement et d’en parler ici !

Un détail de la Morris Room
Sur un plateau très « Morris », assortiment de trois salades : pâtes trofie et betterave, jeunes pousses féta, et lentilles épinards.

Main Café, Victoria & Albert Museum, Cromwell Road, Londres. Site internet.

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *