Le Court Café du British Museum : aspirations zénithales

Pour qui a une petite faim lors d’une visite au British Museum, plusieurs possibilités s’offrent, du haut perché Great Court Restaurant aux food trucks installés devant l’entrée du musée, en passant par une pizzeria et deux Court Cafés.

 

Café ou déambulatoire ?

C’est dans l’un de ces derniers que j’ai choisi de m’arrêter, pour reprendre quelque force après avoir arpenté les collections égyptiennes et grecques, revu la Pierre de Rosette et les frises du Parthénon, et avant de monter à l’étage contempler les trésors assyriens. Le café doit son nom à la très belle cour dans laquelle il est installé, un espace créé lors de la restauration du musée dans les années 1990. Couvert d’une verrière qui laisse passer le soleil, c’est un espace semi-circulaire, distribuant les différentes ailes du musée. Un entre-deux un peu froid, très vertical, sonore voire bruyant, mais aussi lumineux et démocratique. Le café joue de cette logique de passage et attire les visiteurs par des comptoirs et des buffets proposant, pour les uns des scones et autres cakes, pour les autres des sandwichs chauds ou froids, des soupes et des boissons. Au menu, pour moi : un wrap méditerranéen avec fallafels, légumes grillés et salade, un sachet de chips Pipers et un scone aux raisins – énorme mais tout à fait délicieux quelques heures et quelques dizaines de salles plus tard. Il s’agit d’un espace commercial, sans ambiguïté aucune ; et l’on s’y sent plus dehors que dedans. Les œuvres sont absentes… ou presque.

Un buffet de pâtisseries anglaises… en cours de constitution

Presque car, d’une manière un peu incongrue, deux immenses totems flanquent le café. Il est dommage que depuis les grandes tablées du café, on ne voie que leur dos, caché par un vilain poteau métallique et des armatures de soutien… Mais quand on s’approche, des cartels expliquent, photographie d’archive à l’appui, qu’il s’agit d’objets provenant de Colombie britannique figurant des événements mythiques pour les clans Haida et Nisga. Quoique en décalage avec les collections les plus emblématiques du musée, ces deux totems de 11 et 12 mètres de haut ont trouvé ici une belle place. Ils incarnent, à leur manière, la prétention assez agaçante du British Museum à être « le musée du monde, pour le monde » – the museum of the world for the world !

Déjeuner au pied d’un totem

Court Café, British Museum, Great Russel Street, Londres. Site internet.

 

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *